En cours de chargement... Veuillez attendre quelques instants le chargement complet de la page
X

PETITS METIERS…  Et autres destins faciles à enluminer soi-même (2008/2004)

PETITS METIERS…  Et autres destins faciles à enluminer soi-même

Cliquez pour agrandir l'image

Réédition 2008 aux éditions CHAMBARON.
Édition originale 2004 APAE.

Format  A5
ISBN : 978-2-9531923-0-8
EAN  : 9782953192308

90 pages

                  Années d'édition 2008/2004.                                                

Cliquez pour agrandir l'image
  
Commandez cette oeuvre

Présentation

Nous vivons, le plus souvent sans le savoir, dans un monde peuplé de personnages filiformes, et néanmoins épais de leur passion et de leur talent uniques.

Nichés dans les interstices de nos contradictions, ou tapis sous nos sentiments, ils nous renvoient tous à nous-mêmes avec tendresse, révolte ou humour.

Apprenez à les aimer, ils vous tendent la main !

Peut-être vous découvrirez-vous une vocation créatrice d « Anamorphiste » ou d' « Avaleur de paradoxes » ? A moins que vous ne passiez simplement qu'un moment agréable avec « La lectrice en habit de soie » ou ne partagiez les affres du « Chantonneux sans chemise » ...

En tous cas, à vous d'ajouter les couleurs à ces ombres graciles, en tenant bien droit le pinceau, à la hauteur du cœur.

Extrait

IX - La lectrice en habits de soie

Elle a l'âme naïve de ceux qui ont souffert. Elle croit au bonheur de toutes les premières pages, de celles qui crépitent juste un peu en s'ouvrant : cette étincelle honnête et si pleine de vie des mots qui se bousculent, pour entrer dans votre lit.

Elle est presque extraordinaire et elle a eu aussi vingt ans ; à la main pas de gant, juste un peu de ce thé que l'on prend en chantonnant, dans la ferveur précédant un souper avec l'être tant aimé. La nature lui a donné, dans sa grande sagesse, dix doigts d'humanité et un peu de paresse. Elle s'assied souvent, le cœur  tambourinant, devant ces chants vivants que l'on a pressés un jour. Aujourd'hui, c'est maintenant, il faut bien que tu viennes, à moi, vers moi qui t'attend : n'ai pas peur que je t'aime...

Pour toi j'ai pris tant de soin à mes habits de soie, mes vêtements à moi ! Je me sens si légère et si pleine de voix : toi tu t'es est écrit là, dessus la couverture, qui me réchauffe un peu, et toi te déshabille ; je ne te connais pas, ni d'Eve ni d'avant, mais je sais ta douleur qui va cahin-cahant, et tes nuits trop poussées qui sentent l'aube amère. Ce faux nom sur la page, c'est déjà un aveu de peines et de rage, tu es aussi un autre et je te sais volage ; tu iras bien te faire lire par d'autres yeux, je le sais de toujours et c'est bien de ton âge.

J'ai regardé le ciel, si plein d'étoiles mortes, qui reflètent nos espoirs et leurs lueurs d'envie ; sous mes doigts, sombre escorte, ta dédicace obscure à tes amis, tes rois, tous ceux que tu honores. Peu m'importe, et c'est moi aujourd'hui qui te vole ton cœur et tous tes grands ombrages, ceux que tu as masqué des rayons de la lune, tous ceux cachés le jour aux langues importunes.

Je te l'ai déjà dit, j'ai mis ma nuit en soie : la transparence m'aide à mieux regarder devant toi où vont tes mots vaillants, tes quatrains sans le sou ; et ils n'iront pas très loin si je n'y veille un peu, si mon amour n'y croit,  et si tu n'as au bras mon écharpe et ma loi qui se battent avec toi.

Il est tard, il est froid, et ta peur bat contre mes doigts : chaque page est un cri, chaque mot un combat. Que sais-tu de l'envie, des autres, des coups bas ? Sois léger, flotte au vent, ne connais pas de paix que ton âme en planant n'ai conquise en secret.  Tu verras loin le ciel, tu crieras droit devant, et sauras pour toujours toutes ces vérités que l'on ne lit bien qu'en soi.
Commande


Copyright © 2007-2019
Tous droits réservés ®
Reproductions interdites
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSRéalisation : Dominique TISON
Courriel : dominique.tison@gmail.com
Dernière mise à jour : lundi 14 janvier 2019