Drôle de guerre - 04/2008

Commentaire de l'auteur


L'Écriture sous contrainte est un des piliers de notre Littérature : les exemples foisonnent, et je vous laisse les retrouver au fond de votre mémoire reptilienne.

Je donne donc aussi dans cette catégorie. Mon employeur, producteur d'électrons de son état, me demande régulièrement pour sa revue interne un texte de 2'000 caractères, un peu " décalé, mais en rapport avec la société ". Cela permet de boucler l'exemplaire, entre le carnet rose et le carré noir des décès. Dans ce numéro 5, à la Chanel, on comptait le parfum de 2 mariages (voeux de bonheur), de 2 défunts retraités (derniers vœux) et de 5 bobines babillantes d'enfants nés heureux (Vœux-tu?)

Avec la petite photo mystérieuse, c'est beaucoup mieux.

Au plaisir de lire vos commentaires…

Chambaron

Drôle de guerre



En Saumurie, à l'origine, tout le monde vivait en bonne entente dans un monde sans tension, ni haute, ni basse. A la maison, chacun briquait consciencieusement son électrode dans son coin, et les vaches de ce beau pays étaient donc particulièrement bien gardées.

Mais un jour plus mal fait qu'un autre, les cathodistes se sentirent, semble-t-il, frustrés d'être catalogués en tant qu'électrodes négatives. Leur égo fut sans doute blessé de tant d'injustice, et ils décidèrent donc illico de tout quitter, de déserter pour conquérir seuls leur droit d'exister. Ils migrèrent, s'installèrent en des lieux reculés, puis écrivirent des textes sacrés qu'eux seuls pouvaient comprendre. Enfin, ils érigèrent à Sainte-Cathode une statue mémorable, digne de leur fière piété.

Les anodistes, pourtant gens extravertis connus pour leur positivité, en conçurent quelque amertume; abandonnés et boudés, ils demandèrent à leur roi, Anodin II, quelle punition infliger aux lâches transfuges. Ce souverain insignifiant finit par opter pour une répression sans pitié, et le retour forcé d'exil des brebis égarées et galeuses. Malgré le secret maintenu sur l'expédition, l'autre camp en eut vent. Il se leva une tempête de protestations, et des cathodistes intégristes prirent le pouvoir, puis déclarèrent la guerre sainte…

Le choc était inévitable, il fut terrifiant ! La bataille, dite de L'Electrolyte, vit s'affronter les troupes ennemies dans un bain aussi sanglant que salé. Moult vaillant cation périt là sans sépulture, et des vagues entières d'anions disparurent dans la mêlée. Beaucoup, dans les deux camps, furent en tous cas spontanément gazéifiés, et leur âme chlorée monta au ciel glorieux des martyrs de la science. Car c'est ainsi que l'on découvrit le profit commercial énorme que l'on pouvait tirer des conflits religieux, et des sottes querelles de voisinage. Depuis cette époque, en effet, les chefs cathodistes et anodistes s'entendent comme larrons en foire, à maintenir entre leurs peuples un climat électrique. Plus le courant passe entre eux et le monde se décompose, plus les affaires marchent, et eux se reposent.

Je ne sais plus quel dieu malicieux m'a inspiré ce fabliau, et mis du jus dans cette histoire. A moins que ce ne soit, simplement, une étrange réminiscence de toutes ces images du monde, cruellement anodines, qui défilent quotidiennement sur mon bel écran … cathodique.

























Cliquez pour agrandir l'image




RAPPEL


Un petit rappel de l'opération d'électrolyse pourrait s'avérer utile :
une électrode immergée dans  un bain d'eau salée et mise sous tension, permet de faire circuler un courant entre ses deux parties de polarité contraire (anode et cathode) et de décomposer le sel en ses parties élémentaires, sodium et chlore. Ce processus, appliqué à différents produits est à la base de nombreux procédés industriels, tous très énergétivores.




Copyright © 2007-2019
Tous droits réservés ®
Reproductions interdites
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSRéalisation : Dominique TISON
Courriel : dominique.tison@gmail.com
Dernière mise à jour : lundi 14 janvier 2019