CYPRADES - 08/2007

Commentaire de l'auteur


Ce poème date de 1992, et appartient à un recueil non publié : " Provence, et autres planètes ". Souvenir des paysages vauclusiens, et réminiscences de Van Gogh. La poésie versifiée n'enrichit malheureusement pas son bon-homme, et les rimes riches croisées ne font plus qu'à peine partie de la culture de l'honnête homme. J'invite néanmoins le lecteur à porter sa réflexion sur le poids de l'alexandrin dans notre culture francophone. Racine, Molière, Baudelaire, Rimbaud, Ferré, Tandôtres : tous y sont passés ! Puissance d'un vers de douze pieds de long, qui gigote et se tord, se paye un hémistiche, résonne long-temps dans la mémoire, et finit en beauté. Aux premiers Jeux Olympiques figurait une épreuve de composition littéraire : il est bien loin ce temps, nous vieillissons bien mal…

CYPRADES


Cyprès, voisins des routes, des pierres et des dieux,
Vous scandez les distances et fixez l'horizon
Quand par les soirs dorés que nous jettent les cieux
Nos yeux si fatigués épient le moindre son.


Votre simplicité entonne sombrement
Ces mélopées perdues qui dorment au fond des nuits
Et c'est à l'unisson de ce frémissement
Que nos langues atrophiées vibrent et se délient.


A vos cîmes entêtées nos espoirs se raccrochent
De ne plus voir jamais nos rêves s'envoler
Si le Mistral tranchant que le nord nous décoche
A fait s'ouvrir nos mains où ils étaient serrés.


Là où soufflent les haines, vous vous dressez sereins
Qu'importent les bassesses et leurs rafales drues !
Votre flamme est tenace et dans cet âpre écrin
Vous donnez à nos âmes une épée claire et nue.



Copyright © 2007-2019
Tous droits réservés ®
Reproductions interdites
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSRéalisation : Dominique TISON
Courriel : dominique.tison@gmail.com
Dernière mise à jour : lundi 14 janvier 2019